Construire son projet de solidarité internationale n’est pas de tout repos. Avant de se lancer, le projet doit être défini et consolidé. Cela passe par différentes phases qui permettront chacune d’aboutir à la version finale du projet. Pour vous aider à vous lancer, je vous propose 7 étapes clés pour réussir.

1. Réaliser un diagnostic de terrain

Le diagnostic est la première étape d’un projet et l’une des plus importantes. Vous devrez collecter des informations, les analyser et identifier les causes. Ces informations peuvent être nombreuses, il est donc nécessaire de s’appuyer sur une fiche d’évaluation et sur des indicateurs précis et établis en fonction de l’action. Un projet d’assainissement n’aura pas les mêmes indicateurs qu’un projet d’insertion des femmes.

À cette étape, s’appuyer sur des acteurs locaux est primordial. En plus d’avoir la connaissance et la maîtrise du terrain, ils pourront plus facilement accéder à certaines informations via la confiance que les populations où les autorités locales leur donnent.

 

2. Déterminer les bénéficiaires

Une fois les besoins pris en compte, il faut définir de manière précise qui seront les bénéficiaires. C’est aussi à cette étape qu’ils devront être impliqués dans le projet et valider celui-ci.

 

3. Définir les finalités

Par finalité on entend les objectifs du projet à court, moyen et long terme mais aussi les actions ainsi que la zone d’intervention. Point important, les actions mises en place doivent être en accord avec les objectifs recherchés.

Un projet de solidarité internationale doit favoriser l’autonomie des populations et le développement de l’économie locale.

Booster Solidaire

4. Identifier les partenaires

Tout au long de votre projet vous serez accompagnés de partenaires, publics ou privés, qui auront un degré d’implication différent. Identifiez chacun d’eux et leur apport au sein du projet. Afin d’être en accord avec les valeurs de la solidarité internationale, il est nécessaire d’identifier et de s’associer aux structures locales qui organisent déjà la réponse aux besoins de développement.

 

5. Définir les moyens

Qui dit action dit moyen. Ils peuvent être financiers, matériels mais aussi humains. Les identifier vous permettra de connaitre les ressources à votre disposition.

6. Définir les échéances

Votre projet sera mis en place durant une certaine période. Il est nécessaire de définir la date de début et de fin souhaitée du projet ainsi que les échéances à respecter tout au long de votre action.

 

7. Réaliser une évaluation

Cette étape va permettre de relever les effets positifs et négatifs du projet. Bien qu’elle soit généralement réalisée à la fin de celui-ci, il est nécessaire d’évaluer votre action tout au long de sa mise en place afin d’ajuster les objectifs et/ou les moyens si nécessaire. Pensez à définir des indicateurs d’évaluation quantitatifs et qualitatifs.

 

Ces 7 étapes constituent le cycle de vie du projet. En les respectant, vous bâtirez de façon solide les édifices de votre projet. Pour vous aider à n’oublier aucune étape, je vous offre un guide pratique gratuit à compléter à chacune de vos avancées.

N’oubliez pas que les maîtres mots pour un projet réussi restent l’adaptabilité et la flexibilité. Une fois votre projet monté, il faudra vous montrer souple dans sa réalisation afin de pouvoir répondre plus efficacement en cas de situations inattendues. 

 

Êtes-vous prêt à lancer votre projet de solidarité internationale ?